L'écofood dans la presse

Contrat poule et poule de luxe

écrit le 19 mars 2008

tags : monde, info, tendance, poulet, locavore

Lundi, à 5h50 du mat’, France 5 diffusait le documentaire «Sauve qui peut…les poulets». Il s’agit d’une enquête qui lève le voile sur les coulisses et les enjeux du commerce du poulet dans un contexte de crise mondiale face à la grippe aviaire. A faire peur. Heureusement pour les âmes sensibles, la plupart d'entre elles dormaient encore...

De l’aliment traditionnel à la marchandise industrielle
Si vous imaginiez encore à 5h49 que le poulet servi à la cafeteria du coin s'ébatait joyeusement dans un champ quelques jours avant de finir dans votre assiette, le documentaire s'employait à vous faire prendre conscience de l'énormité votre erreur dès 5h51.
Construit comme un carnet de voyages, à travers des portraits croisés d’exploitants traditionnels et de businessmen, ce film témoigne de la mutation d’un produit alimentaire de base en véritable marchandise (au commerce très lucratif) produite dans des hangars immenses et des usines aseptisées.
Saviez-vous qu’un poulailler industriel peut contenir jusqu’à 90 000 poules pondeuses, autant que de spectateurs au Stade de France les soirs de grand match ? Et qu’une grande partie du poulet consommé dans le monde provient aujourd'hui d’Asie du Sud Est, foyer de la grippe aviaire ?

Produite à très bas coût, cette viande bon marché envahit le monde entier, au détriment des producteurs de plus petite taille qui peinent à poursuivre l’élevage traditionnel. Avec pour conséquences : pollutions, et surtout extension accélérée de la grippe aviaire qui n’a fait que réduire le sursis des éleveurs traditionnels contraints de faire abattre leurs volailles.

Pour avoir une idée de ce à quoi ressemble ces usines à viande, ci-dessous un lien vers un extrait de We Feed the World , le film à sensation sur l’industrialisation de nos aliments et diffusé en salle en 2007. Attention, à voir, l’estomac vide! Cliquez ici.

Les chefs se mobilisent
La tendance vient encore une fois d’outre-manche. De jeunes chefs talentueux et animateurs vedettes de shows TV font régulièrement parler d’eux en Angleterre pour leur engagement contre la nourriture industrielle ou la junk food. En particulier, Hugh Fearnley-Whittingstall (qui arrive en tête du palmarès des TOP 40 meilleurs ecofoodies 2007 établi par The Observer Food Monthly) et Jamie Oliver, deux égéries des cuisines aux gueules de rockeurs, ne cachent pas leur engagement en faveur d’aliments plus authentiques, plus savoureux et produits loin des hangars et des usines. Bref, des genres de Jean Pierre Coffe, mais version rock.
Tous les deux se sont particulièrement engagés sur la question des élevages de poulets, appelant leurs auditeurs et spectateurs à prêter plus d’attention aux petits producteurs locaux.

L'authenticité et le naturel : un luxe accessible
Heureusement, tout près de chez vous, des solutions existent ! Mais elles sont pour l'instant réservées à certains privilégiés. Ainsi, à la Ferme des Echancées, près de Belfort, un agriculteur a mis en place ce qu’il est convenu d’appeler «un contrat poule®», avec la volonté «d'élaborer et de vendre directement aux consommateurs des produits sains et savoureux, à des prix raisonnables».

Le principe est le suivant : vous signez un document qui fait de vous l’heureux propriétaire d’une poule dans la basse cour. Pour 52 euros, le gallinacé vous appartient et vous êtes livrés une fois par semaine d'une boite de 6 œufs frais pendant 10 mois. A la clé : fraicheur, sécurité, traçabilité. A la fin, le volatile vous est remis, préparé à être mis au four, ou ... vivant pour animer le jardin ! Et en prime, vous pouvez faire un tour à la ferme pour saluer votre poule et vous enquérir de ses conditions de vie.
Un lien vers un reportage du JT de TF1 sur le contrat poule®.

Alors choisissez le naturel et le local, histoire de ne plus être le dindon de la farce.

Crédit photo : © Roman Milert

6 commentaires


bzahzxenvoyé le 30 septembre 2012 à 15h12

aY2BUh , [url=http://svzzcfuogbug.com/]svzzcfuogbug[/url], [link=http://glmfaomltdhs.com/]glmfaomltdhs[/link], http://cbdczwjoqyxw.com/


lfweumvtmmkenvoyé le 29 septembre 2012 à 16h33

K0ubsm


eriorxojenvoyé le 29 septembre 2012 à 03h14

FR639H , [url=http://ujkejjdlbtzf.com/]ujkejjdlbtzf[/url], [link=http://xryinncikegn.com/]xryinncikegn[/link], http://xjlzufesawnn.com/


eaksnosyqgyenvoyé le 28 septembre 2012 à 20h53

4iQSCo zaybuljwozka


Nirmalaenvoyé le 27 septembre 2012 à 23h46

Plus d'une douzaine d'heures apre8s l'intervention driautmqae que certains te9moins ont qualifie9e de abbavure policie8rebb, plusieurs questions demeuraient sans re9ponse quant e0 la se9quence exacte des e9ve9nements. Selon la version officielle des autorite9s, les policiers ont e9te9 appele9s e0 se rendre vers 6 h 40 sur la rue Sainte-Catherine Est, pre8s de l'intersection de la rue Sainte-c9lisabeth, pour contrf4ler un homme en train d'e9ventrer des sacs remplis d'ordures e0 l'aide d'une arme blanche.abL'homme en question causait e9galement des me9faits sur des ve9hicules stationne9s, a indique9 le sergent Claude Denis, porte-parole de la Sfbrete9 du Que9bec. De8s le de9but, l'homme a e9te9 vu en possession d'une arme blanche.bbVisage bien connu dans le secteur, Mario Hamel, un itine9rant de 40 ans hurlait et dispersait des de9chets un peu partout sur la voie publique lorsque les policiers sont arrive9s sur les lieux.Innocente victimeLa suite de l'histoire est tre8s ne9buleuse. L'itine9rant, surnomme9 abMario pas de dentsbb par des citoyens du secteur, aurait peut-eatre tente9 de fuir les patrouilleurs. abIls lui disaient le2che ton arme, Mario , mais il continuait e0 marcher rapidement et il est tourne9 sur la rue Saint-Denis, a raconte9 un te9moin de la sce8ne, en entrevue e0 l'e9mission Le Vrai Ne9gociateur. Ils [les policiers] le suivaient de tre8s pre8s. Un policier est alle9 devant lui pour l'intercepter. Le suspect a fait le geste d'aller vers le policier avec le couteau et ils ont fait feu. L’homme est tombe9.bbc0 LIRE c9GALEMENT:Le soir abc’est un peu plus e9peurantbbAu moins deux coups de feu ont e9te9 tire9s, tout pre8s de l'intersection des rues Saint-Denis et Christin.Atteint sur une partie du corps qui n'a pas e9te9 re9ve9le9e par les autorite9s, Mario Hamel, pe8re de trois enfants et vivant depuis deux ans dans une maison de chambres ge9re9e par l'Accueil Bonneau, s'est e9croule9 sur le trottoir et a rendu l'e2me dans les minutes qui ont suivi.L'une des balles tire9es par la police a atteint Patrick Limoges, 36 ans, qui se trouvait e0 une trentaine de me8tres plus loin, de l'autre cf4te9 de la rue. Employe9 charge9 de la maintenance de l'Hf4pital Saint-Luc depuis abplusieurs anne9esbb, M. Limoges e9tait, selon toute vraisemblance, e0 la mauvaise place au mauvais moment.Une centaine de me8tres e0 peine le se9paraient de son lieu de travail lorsqu'il a e9te9 atteint e0 la teate par le projectile d'arme e0 feu.abPatrick e9tait un gars e0 ses affaires, toujours e0 l'heure, qui ne faisait pas de vagues, a te9moigne9 l'un de ses colle8gues, rencontre9 durant sa pause, devant l'hf4pital.Quand ses boss ont vu qu'il n'arrivait pas au travail et qu'il n'avait pas te9le9phone9 pour pre9venir, ils sont alle9s voir les policiers pour savoir si c'e9tait lui qui s'e9tait fait tirer, mais personne ne donnait d'information.bbTransporte9 e0 l'Hf4pital ge9ne9ral de Montre9al, Patrick Limoges a succombe9 e0 ses blessures quelques heures plus tard. La Sfbrete9 du Que9bec a attendu jusqu'en fin d’apre8s-midi avant de confirmer son de9ce8s.Quatre policiers ayant participe9 e0 l’intervention ont dfb eatre conduits e0 l’hf4pital victimes d’un choc nerveux. Vers 16 h, trois d’entre eux avaient obtenu leur conge9, tandis que le quatrie8me e9tait toujours en observation.Une 16e enqueate inde9pendantePendant la majeure partie de la journe9e, un nombre impressionnant de policiers, d'enqueateurs et de techniciens en identite9 judiciaire ont inspecte9 les lieux du drame au peigne fin, dans le but de re9unir toutes les pie8ces du puzzle. Ceux-ci ont scrute9 la sce8ne e0 la loupe pendant plus de 12 heures afin d'y relever un maximum d'indices.Comme c'est toujours le cas lorsqu'une personne est tue9e lors d'une intervention policie8re, le ministre de la Se9curite9 publique du Que9bec, Robert Dutil, a ordonne9 la tenue d'une enqueate inde9pendante par mesure de transparence.L'enqueate visant e0 faire la lumie8re sur cette malheureuse histoire a e9te9 confie9e e0 la Sfbrete9 du Que9bec. Il s'agit par ailleurs de la 16e enqueate inde9pendante e0 eatre de9clenche9e dans la province depuis le de9but de l'anne9e.abUne journe9e e9prouvantebbLe directeur de la police de Montre9al, Marc Parent, a de9clare9 qu'il s'agissait d'un e9ve9nement bouleversant pour l'ensemble du service policier de la me9tropole.abChaque fois qu'il y a mort d'homme, c'est toujours une situation difficile.Aujourd'hui, ce qui est exceptionnel, c'est qu'un citoyen qui n'e9tait pas implique9 dans l'intervention policie8re a e9te9 atteint d'un projectile d'arme e0 feu.c7a rend le contexte encore plus e9prouvantbb, a-t-il de9clare9 en entrevue exclusive e0 TVA mardi. M. Parent, qui traverse sa premie8re crise importante depuis sa nomination e0 titre de directeur du Service de police de la Ville de Montre9al, se rendait au poste de quartier 21 pour rencontrer les colle8gues des policiers implique9s dans la trage9die.Les policiers auront besoin de support, selon M. Parent. Quatre d'entre eux ont d'ailleurs e9te9 traite9s pour choc nerveux.Le SPVM a rencontre9 les familles des personnes de9ce9de9es. En raison des re8gles en vigueur, M. Parent n'a pas voulu commenter l'enqueate et le cours des e9ve9nements ayant mene9 e0 la mort de ces personnes.More than a dozen hours after the intervention dramatic which certain witnesses(batons) qualified as police blunder , several questions lived without answer as for the exact sequence of the events. According to the official version of the authorities, the policemen were called to make at about 6:40 am on the street saint-Catherine Est, near the intersection of the street Saint-Elisabeth, to check(control) a man disemboweling bags filled(performed) with garbage by means of a cutting weapon. The man in question also caused misdeeds on parked vehicles, indicated sergeant Claude Denis, spokesman of the safety of Quebec. From the beginning, the man was seen in possession of a cutting weapon. Face known well in the sector, Mario Hamel, an itinerant of 40 years roared and scattered waste almost everywhere on the public highway when the policemen arrived on the scene.Acquit victimThe continuation(suite) of the history(story) is very misty. The itinerant, called Mario no teeth


byiyhlenvoyé le 11 mars 2011 à 19h19

sCjerC rrxclavbuogt, [url=http://albxbhcyplxz.com/]albxbhcyplxz[/url], [link=http://gdogobtoaaem.com/]gdogobtoaaem[/link], http://kpfykhlejfyt.com/

Laisser un commentaire

Votre nom :

Votre commentaire :

2 + 2 = (anti-spam)

Quiz : Quel gastronome êtes-vous

Alexis BotayaSpécialiste des styles de vie écologique, ingénieur agronome, diplômé de Sciences Po...

21/12 : JT de 20H sur TF1! J'y donnerai quelques conseils pour un repas de noël écogastronomique ! A visionner en suivant ce lien .

Écofoodires | Le guide | Au resto avec... | Contact | Téléphone moins cher | Mentions légales | tous droits réservés